Développer « Souplesse d’esprit et cool attitude»…

Quand on cherche à s’améliorer, qu’on tente de bouger les choses, qu’on travaille sur soi, qu’on analyse, qu’on décortique, qu’on fait des efforts… On en arrive parfois à de grands moments de fatigue, voir à des moments d’épuisement… Pouvant mener à la dépression, à la maladie…

Une piste peut nous aider à ne pas en arriver là : développer, ce que je nomme, «Souplesse d’esprit et cool attitude» !

Laisser la place à plus d’imprévu, ne pas vouloir tout contrôler, laisser les choses venir comme elles viennent et être plus souple.

Certe, c’est plus facile à dire qu’à faire, mais quand on arrive à acquérir plus de souplesse, c’est‐à‐dire à attacher moins d’importance à des situations ou des détails qui n’en valent pas la peine, cela amène plus de sérénité, de bien-être intérieur.
La vie est comme un fleuve qui coule dans son lit et sur lequel nous sommes tous embarqués. Tel le flot, tantôt tranquille et serein, la vie nous apparaît comme calme et propice à notre développement.
Parfois, il arrive qu’il change de nature et devienne tumultueux et sauvage. Pourtant, il continue à nous porter au loin, seule notre réaction face à ce changement fait la différence.

Accepter la vie telle qu’elle se présente dans l’ici et maintenant.
Se fondre avec elle et devenir l’anguille souple et mobile qui accompagne le flot de vie.
Se laisser emporter par elle vers les horizons nouveaux qu’elle nous propose.

Vouloir aller à contre-courant ne peut que nous faire chavirer et nous faire connaître la noirceur des profondeurs. La vie se doit d’être souple et malléable. Il ne peut être permis qu’elle soit rigide et figée. Le courant même de vie ne peut qu’être spontané et source de renouveau. Se fondre avec la vie c’est accepter qu’à tout moment l’ancien puisse disparaître pour laisser place à quelque chose de nouveau, dont nous n’avions peut‐être même pas idée.

Accepter la vie, c’est être capable de se dire que tout n’est qu’impermanence et qu’à chaque instant tout peut basculer. Au moment de cette bascule, le libre-arbitre nous donne le choix : accepter ce mouvement de renouveau, accepter le changement et s’en enthousiasmer, ou bien s’accrocher coûte que coûte à nos schémas de vie usés, à nos peurs et nos doutes, et être prêt à plonger dans nos propres abysses…

À vous de jouer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *