Confiance en soi, estime de soi, acceptation de soi : de quoi parle-t-on ?

 

 

La plupart des gens ont une idée très floue de ce qu’est la confiance en soi, l’estime de soi, l’acceptation de soi, l’autoévaluation, etc… Dans de nombreux livres et sites web, ces concepts sont confus et mélangés, ce qui nous mène au chaos et ne donne pas une vision claire de la façon dont nous pouvons travailler sur soi dans le but d’atteindre nos buts, de nous accomplir et de favoriser notre bien-être.

Qu’entend-on par confiance en soi ?
La confiance en soi est un état dans lequel nous nous sentons bien dans notre peau. C’est l’art de s’accepter soi-même, dans tout notre ensemble, avec toutes nos imperfections. C’est aussi l’auto-soutien et la reconnaissance de qui nous sommes. C’est l’une des tâches les plus importantes dans la réalisation de soi ou du développement personnel.
À mon sens, il n’existe aucune définition univoque de la confiance en soi. Aussi, je vous propose d’explorer ci-dessous 4 de ses principaux piliers qui, selon moi, la définissent d’une manière complète et exhaustive :
1. Se sentir bien dans sa peau (non seulement sur le plan physique, mais dans sa globalité, être à l’aise dans son Moi). Dit autrement, avoir un regard positif sur soi, s’aimer, avoir une relation saine avec soi-même.
2. Se traiter comme une personne de valeur (ce qui est la base de l’estime de soi). Avoir conscience de ses qualités et de ses talents. Les apprécier, s’en réjouir, et en parler aisément sans la fausse humilité.
3. Bienveillance envers soi. La capacité de pardonner ses erreurs. Accepter ses défauts et ses imperfections (avoir conscience que chacun de nous les a en soi).
4. La capacité à agir en dépit de la peur et des doutes qui demeurent en nous. La capacité d’aller au-delà de sa zone de confort. La capacité de faire face aux défis de la vie quotidienne.

Bien sûr, je pourrais encore ajouter quelques éléments de plus, comme par exemple : être naturel et simple, l’authenticité dans un groupe de personnes, etc. Cependant, par expérience, j’ai remarqué que la plupart du temps cela arrive « tout seul », spontanément, dès que les 4 conditions décrites plus haut sont remplies.

À la notion de la confiance en soi sont directement liées les notions d’estime de soi et d’acceptation de soi. Regardons, en quoi consiste chacun d’eux.

Qu’entend-on par estime de soi ?
En psychologie, l’estime de soi est décrite comme une évaluation globale de ses propres valeurs. C’est aussi une approche générale de soi-même. Elle peut être positive ou négative. L’estime de soi englobe les différentes croyances sur soi, entre autres, un jugement de ses propres comportements, attitudes, émotions, apparence physique, etc.
Le psychologue Philip Zimbardo dans son livre « Psychology And Life » définit l’estime de soi comme une autoévaluation généralisée de notre Moi.
Le psychothérapeute Nathaniel Branden a défini l’estime de soi comme « l’expérience d’être compétent de faire face aux défis essentiels de la vie et mériter la chance. »
En langue anglaise, la notion d’estime de soi (self-worth) est traitée comme un synonyme d’autoévaluation (self-esteem). Cette notion pointe vers le domaine de l’expérience et du ressenti des émotions. L’estime de soi est donc un état psychique, tandis que l’autoévaluation peut être une attitude envers soi-même.
De la même façon que le sentiment de colère naît suite à une pensée : « Il n’aurait pas dû me blesser », de la même manière, cet état psychologique d’estime de soi, résulte directement d’une évaluation de sa propre valeur. Il s’agit donc de notions très proche de l’une de l’autre et, sur un plan plus général, sont pratiquement synonymes.
La base de l’estime de soi et d’une autoévaluation saine, est la conviction de notre propre valeur, ce qui peut-être : « Je suis précieuse ; je suis quelqu’un de bien. » Si vous avez des enfants, je vous invite à cultiver chez votre enfant cette croyance – tel un objectif à long terme – de le nourrir de la beauté de cette pensée. C’est l’un des plus importants piliers d’un esprit « fort ». J’entends par là, capable de faire part à l’adversité.

Qu’entend-on par acceptation de soi ?
L’acceptation de soi est l’état de paix au fond de soi, indépendamment de qui nous sommes et de ce que nous sommes. C’est l’absence totale d’attentes excessives et irréalistes envers soi-même. C’est aussi la faculté à se centrer sur soi et à s’apprécier tel que nous sommes, plutôt que de porter en soi une image idéalisée de nous, et de qui nous ne sommes pas.
L’acceptation est la conséquence d’une tolérance envers soi. C’est un état que l’on cultive et qui devient permanent en soi. Pour être tolérant face à soi-même, il nous est nécessaire de nous comprendre. C’est aussi le besoin de connaître les motifs de nos actions, le « terreau » de nos réactions et comportements, nos pensées et émotions. Quand nous savons pourquoi nous sommes tels que nous sommes – nous nous comprenons et nous nous acceptons. Si nous ne comprenions pas pourquoi, par exemple, nous étions emplis de paresse à l’idée d’apprendre à jouer de la guitare, probablement, nous aurions pu nous dévaloriser et nous juger paresseux.
Si, par contre, nous nous connaissons et avons conscience que la guitare ce n’est pas notre tasse de thé, nous devenons tolérants et indulgents face à nous-même  – ce qui évite de nous dévaloriser et de nous juger négativement. C’est pour cela que le fait de s’observer, nous mène à la compréhension de soi. Elle-même la base de l’acceptation de soi.

Dans mes prochains articles je vous expliquerai comment avoir confiance en soi, avoir de l’estime de soi et s’accepter.
En attentant de me lire, j’ai envie de vous dire :

Aime toi-m’Aime, sois tolérant envers toi et deviens ton meilleur ami !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *